Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le sage

Publié le par Kévin

Une petite publication qui a dû se faire attendre, mais voici tout de même une petite publication écrite par moi inspirée d'un livre dont le titre est après (pour vous faire la surprise):

 

Le sage vit les hommes regroupés autour d'un arbre, regardant avec haine un pendu, appréciant la mort d'un des leurs qu'il traitèrent de "démon", et d'autre mot encore moins agréable à entendre, vivant ou mort.

Il s'approcha d'eux, passa sans leurs parler, leurs tourna le dos, et pris le cadavre sur ces épaules.

Les hommes vinrent à lui: "Nous, nous avons punis cet homme car il ne respecte pas les lois, son corps doit rester ici.

- Le corps est sacré, vous devez le respectez, laissez le corps de cet homme ou le votre finira bien pire encore" Ainsi eut parlé le sage, et ainsi un homme lui fit lâcher le cadavre et ainsi un autre lui passa corde au cou.

Un homme s'avança, un homme qui lui, n'avait pas crié durant la pendaison, et qui semble avoir une grande autorité sur les autres hommes.

Il s'avança vers le sage? "Nous ne te connaissons pas et te voilà déjà à nous critiquer si vivement, qui es-tu?

- Le sage, je suis le sage, ainsi répondit-il.

L'homme continua, si tu es si sage, pourquoi es-tu venu, pourquoi n'es-tu pas resté dans ta sage maison avec ton sage ciel et tes sages animaux?"

Pour voir si l'homme était sage ici répondit le sage.

L'homme prit le sage et lui enleva la corde, "Je ne suis peu-être pas sage, toi non plus, mais personne de nous ne peut encore le dire, pars et ne reviens plus, je te pendrai moi-même si tu reviens"

Le sage partit et rencontra un homme, non, un corps qui transportait un cadavre sur lui comme l'on porterait un compagnon fatigué.

Il vit dans ses yeux que lui aussi avait bien du mal avec les hommes, il s'approcha, se présenta.

"Bonsoir, je suis le sage, tu sembles toi aussi ne pas te faire comprendre des hommes, qui es-tu?

- Tu es "le sage" dis-tu? Voilà un nom bien prétentieux.

- J'ai été suffisamment sage pour l'oublier, mais le tien, quel est-il?

- Je serai suffisamment sage pour ne pas te le dévoiler maintenant. Souhaites-tu m'accompagner enterrer mon compagnon?

- Ai-je l'air de vouloir refuser?" Ainsi ils partirent ensemble et arrivèrent non pas pendant la nuit, ni pendant le matin mais encore après, quand le soleil était déjà bien levé.

Le sage demanda, "s'il te plaît dis moi ton nom. - Plus tard" répondit l'autre qui posa le cadavre dans un trou déjà creusé.

"- Qui a creusé ce trou? demanda le sage. Le cadavre", répondit l'autre, avant sa mort, et j'ai promis en le voyant mourir de l'enterrer ici même de mes propres mains.

Le sage insista, "- Quel est ton nom?" L'autre lui répondit que c'était le moment pour le sage de le savoir, mais il lui demanda de ne pas le regarder. Le sage se retourna, alors il lui glissa à l'oreille un mot de quatre syllabes, le sage remit immédiatement son regard en direction de l'autre, impressionné de ce qu'il avait entendu, mais il était parti. L'autre s'appelait "Zarathoustra".

 

 

Ainsi parla Zarathoustra, livre de Friedrich Nietzsche lisible ICI

Commenter cet article
M

Je n'ai jamais lu ce livre dont le nom est connu bien sûr et j'ai cru jusqu'au bout que c'était toi qui l'avait écrit. J'ai bien aimé et cela donne envie de lire toute l'histoire.
Mais qu'est ce que la sagesse ? Ce pourrait être un sujet en philo au bac. Bon courage
Répondre
L

Bonjour Kévin. Je crois que je n'ai pas lu Ainsi parlait Zaratoustra, du moins je ne m'en souviens pas, je vais voir cela ! Un beau conte que tu as écrit à partir du livre de Nietzsche.
"Publications irrégulières" mets-tu ? Et alors ! Même de temps en temps, c'est bien ! Mais ton objectif c'est le bac, tu continueras après ! Ordinateur défectueux ? Pourtant, on te voit, là !





 


Bon courage, à bientôt, bien amicalement.
Répondre
K


C'est un livre que j'appréçie beaucoup.


A bientôt sur ton blog, j'arrive te glisser quelques comm'